Patrick ambierle

Années 80 : disco sound et punks dans la rue


Roanne centre
Roanne dans les années 70 (© collection privée M. Dupuis)

Roanne, ville rock ?  c'est le propos de ce site ! Mais qu'une bande de teenagers à l'époque ait été fan des Stooges, MC5, New York Dolls et consorts, c'est moins évident à imaginer peut-être. Et pourtant, c'est dans ce contexte que j'ai moi-même eu la chance de baigner, bien que plus jeune...
Le fait d'avoir un frère aîné de 5 ans de plus que moi, avide de découvertes et qui  n'a cessé d'acheter des disques et des revues, des fanzines et d'aller voir des concerts... m'a particulièrement aidé.

On commence avec le tout début des années quatre-vingt,  dans une petite ville dite "moyenne" de  la region rhône-Alpes et une bande de keupons à rangers qui se transformera bien vite en lascars aux ensembles noirs et boots en cuir.

Punks sur pont
© collec privée famille Guigue

Back to the 60's








TRUST 
ou le rock "persona non grata" à Roanne.

Trust

Le passage  des Trust le 20 Octobre 1979 au théâtre municipal était encore dans toute les têtes lorsque Electrobus groupe  rock'nroll roannais se mit à faire les gros titres de la presse locale. Formé en Mai 80 ceux-ci imposèrent vite leur talent. (cliquer sur le lien du groupe pour voir leur page).

(photos Trust  au TMR : J. f Rondepierre) (Cliquer sur Bernie pour aller sur la page spéciale réservée au concert).

please wait
Ce qui les conduisit à assurer la première partie le 02 Décembre 1980 des Starshooter lors dune fête commerciale à Roanne, place Victor Hugo. Mais ce fut un concert baclé. (Et pour Electrobus qui planta sa sono et ne put jouer, et pour Starshoot' qui ne fut pas à la hauteur apparemment;  cf article ci à droite, mais aussi commentaire sur le blog). Pourtant, Starshooter était un des groupe du moment, et leur premier album tournait sur toutes les platines rock.
Stuka
, (voir plus loin) sait par exemple ce qu'il leur doit.

starshooterStarshhoter



L'association programmatrice d'alors était "Musiques vivantes", (soutenue par Cybèle, voir plus bas), dirigée par Jean-François Rondepierre, amateur éclairé, et Micheline ?. C'est lui qui avait programmé Trust (critiques incendiaires dans la presse et date dans l'histoire rock roannaise, cliquez sur la planche contact à gauche).
Gérant de la boutique de disques "Burdin" rue Mulsant. (à confirmer).
Il ouvrit plus tard 2 autres boutiques de disques : Tam-Tam et J-F compact.



Les concerts organisés tenaient alors du festival et se déroulaient :

- au Foyer des jeunes travaileurs, (Nuit du rock le 04/07 1980 avec : Electrobus,  Légitime défonce, Sticmix...)
- au Palais des sports (Electrobus et Karoline le 26 Septembre 1980);
- ou à la salle Fontalon, qui était quelques mois plus tôt le Bowling, lieu de rencontre des jeunes.
Les groupes programmés le 27 Juin 1981 furent : Electrobus, 12°5, Edith Nylon, Sapho.



Ladies and Prout


D'après Thierry, du groupe Ladies and Prout, une autre association existait depuis quelque temps, avec une connexion plus punk :

"Eté 1979 : Création de "l' Association pour la musique moderne" dont le but est de trouver sur Roanne un local de répetition.
Début 1980 : attribution d'un local de répetition, (tous les mercredi après-midi de 15h à 19h) dans une ancienne salle de classe à la Caserne Verley ( route de Paris ). Répetition avec Ladies & Prout 1ere formule" (...) (le reste à lire sur la page du groupe).







En 1981, Astread devint à son tour le nouveau groupe roannais en vue. (cliquer sur le lien du groupe pour une bio et des photos).

                                                                                   


PENICHE !

1982 voit l'aménagement d'une auberge de jeunesse sur le port (canal Roanne-Digoin). La municipalité acte la transformation d'une péniche (La Prospérité) pour en faire un lieu de rencontres/concerts. Elle resterait amarrée près de l'auberge. D'où l'appellation : "La maison de la péniche"

Maison péniche
La Maison de la péniche, face au canal, en août 1996, peu avant sa destruction.
Quelques mois plus tôt, la péniche Prospérité prenant l'eau avait été ramenée à Châlon pour être démontée...
Une nouvelle maison de quartier sera inaugurée un peu plus loin.




Le vendredi 11 Juin 1982 eu lieu la première nuit du rock au Préau, petite salle près de l'ancien cimetière, organisé par le nouveau groupe punk Shark. Celui-ci était dirigé par Philippe Delabre, plus connu sous l'alias "Gros Shark", et qui s'expatriera début 90 à St Etienne. Il fut l'un des plus actifs représentant rock'nroll ces années là, éditant d'ailleurs une compilation k7 des groupes locaux à la fin des années 80.
Programmés ce soir là : Shark, Bakchich (rock classique), plus un film : The Rocky horror picture show. (le tout pour 20 FF !)

Shark
Shark au Préau (© patrick Guigue)

Le 12 Juin, la péniche Prospérité restaurée fait son entrée officielle dans le port de Roanne.

péniche ticket
(collec. privée Franck G.)

On reviendra plus longuement sur l'activité rock de l'époque, (pas seulement réduite aux groupes cités pour l'instant sur cette page), notamment grâce à la compilation amateur "Roanne city rockersréalisée en 2003 par Julio Rubio et qui donne à entendre non seulement Astread, mas aussi : The Frogs, Matter of fact, Ego, Les Parasites, Top Ziro, Betty et les sombre héros.
(Hector Dec 2010)
>
voir en attendant la page consacrée aux compilations.

Roanne city rockers


RECORDS !

please wait
(collection privée F Guigue)

A  cette époque pour acheter nos disques, on avait une super boutique rock rue piétonne qui s'appellait Disco sound (tout un programme, et signe que la page n'était pas encore tournée.  La boutique était tenue par Pierre Jarry, qui montera à la fin des 80's Bull disk' à côté du Musée Déchelette, (repris plus tard par J-P Osselin, qui déménagera à son tour rue Maréchal Foch avant de subir la dure loi de la dématérialisation du son). Entre temps la boutique de la rue pièt fut repris et devint Melody  in blue, pas vraiment mieux, mais bon.
...En dehors du fait que ça n'était qu'un petit couloir sombre où l'on passait son temps à piquer les derniers skeuds punk, et que ça se batttait à coup de rangers dehors, rien à signaler.

Bull carte

Les autres boutiques : Le petit Mozart, Roanne Musique (Paingris), Burdin... n'avaient pas cette "attitude" rock, so nous n'en parlerons que sous la ...torture.

Ah, si : il s'ouvrit en 1981 (date à confirmer) une boutique au fond la rue Jean Jaurès qui préfigura Sergeant Peppers, et qui, tenue par le manager des Electrobus s'appelait les Pirates de l'art. Un membre des Ladies and prout (connexion Broken necks, Cherokees) m'a appris récemment que ce gérant de boutique avait organisé des concerts sur Roanne, dont la venue de Killdozer ! (de Lyon, et lié aux Snappin' boys. Cf. le lien sur Steve Dixon.com). Voilà les archives :

Killdozer et pass concert

On retrouvera plus tard ce gars là dans l'organisation de conventions de disques. (Ac/Dc il me semble...)
Cette boutique était une vraie caverne rock, dans le sens où elle était faiblement éclairée, proposait des disques pas comme les autres, et des posters étaient affichés partout, même au plafond. Elle ne tint que trois ans si je ne me trompe... et sa fermeture rendit bien triste pas mal d'amateurs.


Pour les imports un peu plus couillus, on avait le choix si je me souviens bien entre la VPC de Midnight Records, super catalogue de vente par correspondance américain où l'on trouvait tout, les listes de Nineteen, le fanzine, ou directement chez New Rose, ou Closer, qui en plus de produire de supers disques importait aussi, évidemment.
Closer

Quant aux boutiques, on allait sutout à Attitudes, Best Of, et la Fnac, à Lyon. Mais il y avait aussi de super boutiques chez : Spliff (Clermont Ferrand), Nova Express (Chalon sur Saône), voir Rock contact (Grenoble).


L'ATTAQUE DES STUKAS !


Le vrai déclic live (pour moi) se fit lors de la première fête de la musique officielle (merci Jack Lang), place des Promenades, en 1983. J'avais 14 ans, je "jouais" au punk avec une petite crète depuis peu et c'était un de mes premiers concert.
Jouaient ce soir là Scat, groupe anglo-français, alignant un espèce de jazz/folk moribond, qui ne plût guère à  Stuka, (ex Shark). Les punks, guitare avec soutien-gorge fixé négligemment au manche montèrent sur scène et vidèrent proprement les fâcheux.
C'était parti !

Après cette fête de la musique plutôt "wild", les choses me parurent plus claires, quoique je ne sortais pas encore trop aux concerts. Mais les archives parlent d'elles-mêmes :

Le 06 Juillet 1983 : Freddie Finger Lee fut programmé au FMJT.

Astrid (ex Astread) + Poupée mobile :  salle Chassain de la plasse le 22/10/83.

Quant à l'assoc de Shark, ils organisèrent un nouveau concert au Préau le 30 Juin 1984, avec cette fois-ci Bakchich, Mafu Cage, les Religieuses, nouveau combo punk roannais prometteur, plus...une démonstration de surf (!!!).

Nympho Rock

Nympho rock

Cette année là, Philippe Delabre décide de réaliser son propre fanzine, "Nympho rock", deux pages A4 pliées photocopiées où sont abordées pèle mèle des infos rock étrangères et locales. Mais aussi des annonces de parutions de disques, des photos de groupes locaux, CR de concerts... Un premier pas vers une "vraie" scène. Six numéros connus. 

La suite logique sera "Last night in Roanne", la compilation.



ROCK'N'ROANNE A LA PENICHE



Coté programmation, Musiques vivantes était aussi soutenu par CYBELE, autre association fondée par  : Alain Gerbe , bassiste émérite; Marc Tamburrot , talentueux sonorisateur; Eric Rosier, auditeur assidu, et Dominique Furnon. Aidés par la Mairie ils organisèrent en partenariat avec MV leur premier Festival "Rock" à la salle Fontalon. (Raoul Petite + Touré Kunda).
Cybèle organisa aussi d'autres concerts : H.F. Thiéfaine (un au théâtre quand il jouait avec Machin, époque de la fille du coupeur de joint et un second salle Fontalon quand il sniffait la ligne continue, époque de Loreileï),  Carte de séjour (premier groupe de Rachid Taha), un autre de Sapho et d'autres encore...

Mais le meilleur restait à venir, ... et pourtant je n'y assitais pas.

Du Lundi 02 au Vendredi 06 Juin 1986 eu lieu le festival "Rock à la péniche", avec : Luis Priska (Toulouse), Honey Drippers (Roanne/Feurs), Broken necks (ex Sharks), Les Porte-Mentaux, Strategy (Roanne), Zip Guns (Paris), Babylon fighters (st Etienne), Bad Losers (Paris), et... les FIXED UP, (le Havre) le groupe rock garage hexagonal de référence alors, révélé par le fanzine Nineteen et dont le premier album sorti en Octobre 84 avait scotché tous les amateurs.
Affiche Fixed up
© collec. part. P. Guigue



... Ce festival mémorable (voir la page spéciale) était organisé par l'association Contre courant,  avec le concours de la ville de Roanne.
(...) "Serge Contremoulin, responsable des activitées avait mis à la disposition des groupes locaux, dont Brocken necks une salle de répétitions avec instrument de musique. Notre départ pour rénover un bateau a fait que cela s' est arrêté". (dixit M. R., à l'origine de l'association).

D'autres précisions nous sont livrées par Thierry (ex Bad losers) sur la page consacrée à son précédent groupe : Ladies and Prout.
(Et bientôt des photos de ce concert ... içi !!).

Fixed up
© article tiré du Pays roannais.


BURP & CHAUF'N'ROLL !

Depuis 83 j'avais pour ma part aménagé dans une maison à Riorges avec mes parents et acheté une batterie au batteur de Stuka. On venait de commencer à monter un groupe avec mon frangin et un autre pote à lui. ("Syntax error", ...fan des Cramps,  mais vous l'aviez compris !). Ca s'appelait Burp Ambitions...

Vers 1986, je m'étais aussi mis  à boeuffer régulièrement les samedis dans une vieille ferme située au dessus de Chauffailles (71) avec d'autres allumés du même acabit (des potes de mon frère).
On avait pas de nom, et le répertoire était axé sur des reprises. Stooges, Mc5, Flaming Groovies, Rolling Stones, Hendrix, Velvet, Doctor Feelgod, New York Dolls, ... voyez l'genre ?
(voir la page consacrée à ce combo)

Courant 1987, après avoir intégré un 4eme membre bassiste à notre petite formation des Burp (un pote d'école), ce dernier se mit à vouloir répéter dans son propre garage, chez ses parents. Au bout de deux répètes il y eu un clash, et les deux potes chanteur/guitariste (dont mon propre frère) jetèrent l'éponge. (ah les conflits de génération...).
On avait bien tenté de participer à l'unique tremplin rock organisé le 27 Juin 1987 par le centre social de Riorges au stade Galliéni récemment rénové (voir programmation). Mais on était décidemment vraiment "too much" (ou trop nazes ?)

Deux autres réguliers de Chauffailles vinrent donc en renfort et les "Devil Ants" furent créés. Mais là encore... le garage familial n'était pas la ferme de Chaufailles et au bout de deux ou trois répètes l'affaire fut définitivement réglée.

Devilants
Devil ants,
répète à Riorges, dans le garage du chanteur


C'est à ce moment là, vers fin 1988 que Florian, l'ex bassiste, reconverti en chanteur, me présenta un pote du travail, Philippe, guitariste fan entre autres des Cramps, du Gun Club et des REM.
Alors que Florian tentait un peu plus tard un autre combo noisy, je montais avec Philippe courant 89 ce qui allait devenir West of the fields. (nom tiré du 1er album des REM). Notre répertoire se cala alors sur le genre anglais de l'époque : la noisy pop.